Les citations sérieuses du docteur Chabry

17 avril 2021

Vipère au poing

 

41BCR-ApmpL

haine, yeux

"J'entre à peine dans la vie et, grâce à toi, je ne crois plus à rien, ni à personne. [...]Celui qui n'a pas cru en sa mère, celui-là n'entrera pas dans le royaume de la terre. Toute foi me semble une duperie, toute autorité un fléau, toute tendresse un calcul. Les plus sincères amitiés, les bonnes volontés, les tendresses à venir, je les soupçonnerai, je les découragerai, je les renierai. L'homme doit vivre seul. Aimer, c'est s'abdiquer. Haïr, c'est s'affirmer. Je suis, je vis, j'attaque, je détruis."

" Elle avait de jolis yeux, vous savez, cette vipère, non pas des yeux de saphir comme les vipères de bracelets, je le répète, mais des yeux de topaze brûlée, piqués noir au centre et tout pétillants d'une lumière que je saurais plus tard s'appeler la haine et que je retrouverais dans les prunelles de Folcoche, je veux dire de ma mère, avec, en moins, l'envie de jouer."

Posté par patlas à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


16 avril 2021

L'enfant et la rivière

41Q4YDMVH9L

nourriture, eau, terre, feu, air

 "Gatzo prit quatre éperlans et une loche. Moi, un vairon. Dès lors nous menâmes une vie passionnante. Nous avions dans nos mains la nourriture ! Quelle nourriture ! Car ce n’était pas là un aliment banal, acheté, préparé, offert par d’autres mains, mais notre nourriture à nous, celle que nous avions pêchée nous-mêmes, et qu’il nous fallait nettoyer, assaisonner, cuire nous-mêmes.
Or, les pouvoirs secrets de cette nourriture donnent à celui qui la mange de miraculeuses facultés. Car elle unit sa vie à la nature. C’est pourquoi entre nous et les éléments naturels un merveilleux contact s’établit aussitôt. L’eau, la terre, le feu et l’air nous furent révélés."

"Jusqu'à ce jour, je ne connaissais pas le feu, le vrai feu, le feu de plein air. Je n'avais jamais vu que des feux apprivoisés, des feux captifs dans un fourneau, des feux obéissants, qui naissent d'une pauvre allumette, et auquel on ne permet pas toutes les flammes. On les mesure, on les tue, on les ressuscite et, pour tout dire, on les avilit. Ils sont uniquement utiles. Et si on pouvait s'en passer, pour chauffer ou cuire, on en verrait plus chez les hommes. Mais là, en plein vent, au milieu des roseaux et des saules, notre feu fut vraiment le feu, le vieux feu des camps primitifs."

" sans le feu il manque un génie à la halte. elle n'a plus de sens. Elle perd tout son charme; elle n'est plus une vraie halte, avec son repas chaud, ses causeries, son loisir entre deux étapes, ses rêves et son sommeil bien protégé."

 

lune, nuit, étoiles

"[La lune] m'aida beaucoup cette nuit-là : sa clarté éclaira ma route et sa grande douceur m'apaisa un peu, par enchantement. Car la lune enchante les âmes bien mieux que toute autre planète. Sa lumière est si près de nous! On la sent attentive, affectueuse et, aux lunaisons de printemps, son amitié devient si tendre que toute la campagne s'attendrit. Alors il n'y a pas, pour les enfants qui s'éveillent la nuit, de plus charmante conseillère. Par la fenêtre ouverte elle éclaire leur chambre et, quand ils se rendorment, elle fournit à leur sommeil les plus beaux songes."

" Nos nuits n'étaient qu'un empire d'étoiles. Il en pendait de tout côtés et l'entrecroisement de leurs branches d'argent étincelait, en haut, sur l'ombre, tandis que, tout autour de nous, leurs milliers de feux purs luisaient sur les eaux immobiles. Nous flottions entre deux ciels calmes, hors du temps et de l'espace...."

âme

"Et pas un geste vain. Chaque mot contenait une intention, chaque mouvement son utilité. Il était économe de son âme. Mais son âme était là. Je la sentais à mes côtés, toute close dans ce corps brun, et sans doute un peu sombre. Inséparable d'une vie violente, c'était sur un sang noir qu'elle vivait."

amitié, silence

" Gatzo parlait peu. Ses manières brusques m'étonnèrent d'abord, puis je sus m'y faire. Sa délivrance, notre fuite, jamais il ne les rappela. Il avait l'amitié taciturne. Nous pouvions nous entendre car moi aussi j'aime le silence."

 

 

 

 

 

 

 

Posté par patlas à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

15 avril 2021

Qui j'ose aimer

téléchargement

 

pluie, soleil

" Il pleut ! ...il volait des gouttes; l'Erdre était constellée de ces petits ronds que, plus jeune, j'appelais des "enfants de pluie", en les opposant aux "enfants de soleil", à ces milliers de ronds de lumière que les grands midis de juin effeuillent sous les arbres."

 

cheveux, rousse, jeunesse, santé

" Je suis rousse et j'ai reçu comme un coup de fusil en pleine figure......A huit ans, sur les bancs de la petite classe, je l'avais déjà remarqué : il est bien moins grave de faire des taches sur son cahier que d'en avoir sur la figure."

" Je suis rousse....Cela dit, je ne crois pas avoir à me plaindre de la nature qui n'a pas trop lésiné sur le reste. J'ai un peu de muscle; de la caboche aussi; et de la santé; à telle enseigne que je ne me souviens pas de m'être jamais servi d'un thermomètre, ni même d'avoir eu à soigner un mal blanc. Bonne liste, comme vous voyez, et que par gratitude envers mes fées il faudrait peut être compléter en parlant de mes yeux verts, bien qu'ils aient le cil un peu brûlé, de mes chevilles minces, dont je suis assez faraude, et surtout de ce grand goût de vivre qui nous fait gourmande de partout, de cette passion d'être qui vous enchante l'haleine, qui rend sensible à chaque instant l'entrée de l'air dans vos poumons. Je ne suis pas vieille, certes, mais je me suis souvent demandé comment je pourrais l'être un jour. Je me le demande encore. Je suis née jeune et, s'il le faut, je mourrai volontiers avant l'âge, pour le rester."

sentiment, famille, amour, passion

" Rien de plus étroit que ma géographie sentimentale ! Département de La Fouve, chef- lieu Maman sous-préfectures Berthe et Nathalie. Le reste c'était l'étranger."

" Il ne lui venait pas à l'idée que Maman et Maurice eussent pu s'épouser pour un autre motif. Sa philosophie de la passion était aussi courte et ronde que son chignon."

mouton, personnalité

" A faire un loup- garou, sans en montrer les crocs, tu n'obtiens qu'un mouton."

maison

" J'interrogeai la maison : c'est une vieille habitude chez moi que de lui prêter un visage, de transformer la porte en bouche, les fenêtres en yeux, les lézardes en rides, à qui l'heure, la saison, les jeux de l'ombre, l'humeur du regard prêtent alors de changeantes expressions."

chagrin

" En fait j'étais à peine lucide et comme anesthésiée par le chagrin qui, à trop forte dose, devient sa propre morphine."

 

 

 

10 avril 2021

L'huile sur le feu

41A1TE1HGCL

 

sinistre

" Un grand sinistre, quand il ne dévore pas votre maison, c'est beau. C'est un film tragique, gratuit, local. C'est une date forte, dont la chaleur se maintiendra longtemps dans les mémoires."

maire

" Les gens d'ici ne tiennent pas tellement à être secourus, mais ils exigent d'être plaints. Malade qu'on ne va pas voir à l'hôpital vous en voudra longtemps, même si le docteur a crié sur les toits que toute visite lui donnerait la fièvre. Incendié qui ne voit pas son maire sur les lieux ne votera plus pour lui."

incendie

" Cet incendie- là, on l'avait vu de Segré. A trois kilomètres, il rivalisait de clarté avec un soleil couchant, il parsemait la nuit de millions d'étoiles filantes qui menaçaient tous les fenils du bourg."

famille , conflit

" Maman repartit vivement, et cette fois je ne lui donnai pas tort, sans lui donner raison. A quoi bon ce débat ? Qu'ils s'épargnent, qu'ils m'épargnent ! Pendant cinquante mètres, je me trouvai seule entre eux, indécise, déchirée, complice de l'un comme de l'autre. Ah ! comme il est difficile de faire un agent double au pays de la tendresse ! 

vieillesse

" - Quand le compte des ans passe le compte des dents...tu commences à les perdre, et bien d'autres choses avec ! "

 haine, amour, jamousie

" La haine serait-elle, comme l'amour, un bien sur qui la jalousie s'exerce ?"

regard

" Je m'avance, armé de ce seul regard qui est aussi l'arme de mon père et dont il m'a enseigné le maniement. Qu'ils me ressemblent, mes yeux ! Qu'ils soient les deux tampons placés à l'avant d'une locomotive en manoeuvre ! Qu'ils la poussent, qu'ils la poussent sur cette voie de garage...."

délire, colère, calme

" Voilà qu'enfin son incompréhensible calme m'apparaît ce qu'il est : un délire froid. Certains volcans aussi sont recouverts de neige, entre deux éruptions."

 randonnée, peur, rire

" Tout va bien pour M.Heaume, oui. Son pouls pousse vivement son sang dans ses artères, comme son pas le pousse dans les chemins, et la clef de la tour pèse au fond de sa poche gauche, tandis que pèse au fond de la poche droite le podomètre qui ne le quitte jamais et fournit après chaque randonnée un chiffre scrupuleux destiné à enrichir un total précis, proche des quarante mille bornes. Le tour de la terre en quarante ans de marche contrôlée, nous savons cela. Poème du talon qui est aussi une sorte d'expérience, nous le savons aussi. Additionner des distances ne suffit pas, il ne faut rien oublier de ce qui justement les a empêchées d'être seulement des distances, de ce qui les a rendues vivantes, à chaque mètre, à chaque tournant. Si les églantines embaument, le dire au carnet; si les fumiers puent, le dire encore. Et savoir ainsi que les parfums l'emportent. Nombre des nuits avec ou sans lune, avec ou sans pluie : à noter. Comportement des chaussures en terrain sec, en terrain mou, durée des semelles de corde, de cuir ou de caoutchouc : à noter. Nature de tous les bruits, de tous les cris qui ont besoin de l'ombre pour être ce qu'ils sont, depuis la frissonnante confidence de la rainette jusqu'au cri terrifiant de la proie éventrée par un rapace nocturne : à noter. Fréquence et réactions du passant (et, mieux, de la passante) surpris dans la nuit noire du bois ou la nuit claire de la plaine, forme et qualité de sa peur : à noter; à noter. Cela surtout, à noter."

" Qui rit un peu tremble moins."

femme, commère, courir

" Elle court, elle court sous le regard réprobateur des commères pour qui une femme, sauf cas de force majeure, ne doit jamais courir. ( "ça secoue les avantages", n'est-ce pas ! Et puis les démarches lentes font sérieux, semblent liées à l'usage de la réflexion, à une bonne discipline de la jambe, ce membre louche.)"

 contracté, taiseux

 " Papa est de la race des contractés qui ont la langue courte, la salive rare, et qui n'admettent personne à contempler la collection secrète de leurs sentiments."

 

07 avril 2021

La saison des loups

91dselgNxcL

terre, visage

" Jamais il n'avait regardé cette terre comme ce religieux semblait l'avoir vue, dans une espèce de survol où les chemins, les villages, les torrents, les ponts, les terres laourées et les forêts finissaient par ressembler à un visage humain où se lisait la peine des hommes."

voyageur

" Quel que soit le lieu où l'on se rend, dit le prêtre, une lampe allumée à l'approche de la nuit est toujours un salut amical adressé au voyageur."

nuit, mort, secret

" Cette nuit était un immense drap mortuaire mouillé et glacé qui allait les envelopper tous d'un mouvement brutal."

" Il y avait sur ces traits que la mort n'avait guère métamorphosés, comme la marque de quelque chose d'infiniment secret. Un peu l'indication mal formulée d'un grand mystère dont la clef se trouvait peut-être sous ces paupières qui ne s'ouvriraient plus."

Posté par patlas à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


31 mars 2021

Miséréré

 

51D59GZ190L

malheur, sympathie

" Une fois le convoi reparti, on se rendait visite d'un compartient à l'autre. Des liens se tissaient rapidement. Les malheurs endurés composaient un bon mortier de sympathie. Tous venaient des villes, tous avaient perdu leur emploi et connu la faim. Bon nombre d'entre eux avaient cotoyé misère plus grande encore que la leur."

regard

" Ce qui les impressionnait, c'était sans doute ce qu'il portait de douleur résignée dans son regard noir, très mobile. Triste et paisible, quelque chose en lui était comme un muet appel à l'aide."

crise

" Un mal sans médecin ni remède. On l'appelait la crise."

 

terre , cheval

"La terre, bon Dieu, c’est comme un cheval, si tu fais amitié avec, tu peux en obtenir tout ce que tu veux. Seulement, faut jamais la forcer."

cri

" L'envie le traversa de crier très fort pour se rendre compte de ce que pouvait donner un appel dans ce désert. Il s'emplit les poumons et renonça. Non point qu'il redoutât d'être entendu, mais au contraire, par une sorte de crainte que son cri ne se perde. Il éprouva presque un malaise à la pensée qu'un peu de lui risquait  de s'en aller à l'infini sans rien rencontrer que l'écho timide des arbres."

 

 

 

 

 

 

 

Posté par patlas à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 mars 2021

Tout est brisé

 

CVT_Tout-Est-Brise_2530

alcool

Dehors, le monde parut à Jimmy beaucoup plus éclatant qu'il n'aurait dû l'être, les arbres plus verts, le ciel plus bleu. Ça l'avait toujours étonné. À jeun, il passait son temps à se plaindre de la laideur généralisée. Ivre ou avec la gueule de bois, le monde lui semblait d'une beauté parfaite, et il n'y voyait qu'un défaut, lui-même."

mort

" -Qu'est ce qu'il a ? - Ce qu'il mérite. Un cancer du pancréas. - Mon Dieu - Il n'en a que pour quelques mois. - Vous êtes ensemble depuis vingt ans, c'est bien ça ? - Vingt ans de perdus. - Il te traitait bien. - Oui, c'est vrai, admit Marianne en ravalant un sanglot. Je regrette qu'il soit en train de mourir. - Je ne comprends pas la mort, dit Erica. - On a plus de cinquante ans et on ne comprend toujours pas la mort, dit Marianne. Je crois qu'on ne la comprendra jamais."

mère

"Sa mère était un arbre fragile battu par les vents."

propreté, déprime

Après s'être douché et brossé les dents, Jimmy embaumait le shampoing..C'était étrange de se sentir à la fois désespéré et propre. Ca revenait un peu à décorer d'une carrosserie flambant neuve une voiture au moteur foutu."

friction, conflit

" - A son âge, c'est presque instinctif de se braquer contre ses parents, observa Frank - Sans doute, dit Erica. Il est quand même un peu vieux pour ça, non ? - Je ne crois pas qu'il cherche à être méchant. Simplement, vous êtes comme deux pierres qui se heurtent l'une à l'autre sans qu'il y ait d'étincelle. Ca passera."

ordure, fin du monde

" Le vieil homme avait toujours dit que le monde finirait en tas d'ordures. Il n'y aurait ni explosion nucléaire ni déluge, juste des déchets, des tonnes et des tonnes de déchets, et nous en train de nous noyer dedans."

cigarette, église, prière

" - Je ne veux pas vous forcer la main, mais c'est vrai que fumer ensemble permet souvent de surmonter les divisions. de mettre fin aux guerres. De réconcilier les fils et les mères. De tourner la page des offenses du passé.  Erica songea qu'il avait peut être raison. Elle essaya de s'iaginer aux côtés de Jimmy, debout sur la galerie, fumant et bavardant. Cette idée lui plaisait....Fumer une cigarette avec lui sur la galerie, ça reviendrait peut être à prier ensemble à l'église."

tristesse

" Son esprit lui présenta un nouveau cauchemar : rester coincé dans ce car pour l'éternité, tandis que "le garçon qui était nul em maths" continuait à faire ses bruits de fantôme, que la zombie obèse poussait des soupirs et que le chauffeur aux énormes poignées d'amour les emmenait sur des routes de campagne ou des autoroutes désertes. Plus besoin de remplir le réservoir d'essence, le moteur carburerait à leur tristesse commune."

 

 

 

Posté par patlas à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

25 mars 2021

Fantaisie allemande

 

517MXgfSC6L

nuit, rêve

"Souvent en ouvrant les yeux, la petite se demandait si c'était alors la nuit qui n'en finissait pas, et les rêves avec elle, ou si c'était bientôt le jour, et avec lui la venue des choses vraies. Les deux domaines contenaient lumières et douleurs, et elle ne savait pas lequel était le plus doux pour elle, celui de la nuit ou celui du jour."

livre

"J'ai quinze ans. J'ai déjà lu des centaines de livres. Je me sens lourd de tous ces livres, et ce poids est merveilleux. Je continuerai à lire tout au long de ma vie."

mort, mémoire

" J'ai près de quatre-vingt dix ans......On ne meurt pas d'un coup à mon âge. On est comme une maison dont on ferme les volets, qu'on vide peu à peu de ses meubles, dans laquelle on coupe le gaz, puis l'eau et pour finir la lumière, avant de verrouiller une dernière fois la porte et de jeter la clé. Cette pensée m'amuse."

" elle se rendait compte que sa très jeune mémoire était une maison sans porte ni fenêtres et que le vent y entrait de toute part, emportant avec lui ce qu'elle ne pouvait fixer solidement aux murs."

 

rire

" Sa mère aussi riait, et la petite gardait le rire de sa mère comme un morceau de pain dans un mouchoir noué, et qui est un trésor pour ceux qui sont affamés."

 

 

 

 

Posté par patlas à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 mars 2021

Les aveux

 

41HZE5zciVL

 

vie, police

" Avec vous, avec la police, tout est blanc ou noir, mais la vie n'est pas comme ça. La plupart du temps, la vie est grise. Parfois gris clair, parfois gris foncé, tout en nuances et demi-mesures. Mais grise. c'est ça, la vie....une  suite de compromis"

nom

" Certains hommes désirent avoir un fils, pour perpétuer leur nom. Je trouve cela stupide et arrogant. Quels "noms" méritent-ils d'être perpétués ? Quelles familles ont une importance telle que le monde serait moins abouti sans elles ? "

écoute, paroles

" Par expérience, l'inspecteur-chef savait qu'écouter pouvait se révéler particulièrement épuisant. Ecouter vraiment. Saisir chaque mot, chaque intonation et chaque inflexion de voix, afin d'accéder au sens des paroles. Non pas ce que la personne énonce, ni même ce qu'elle pense avoir dit, mais ce qu'elle a vraiment dit."

ennui, quiétude

"Pourtant, au début et pendant nos premières années de mariage, nous partagions une certaine quiétude et cela semblait suffire. Ce qu’aucun de nous deux n’avait compris, c’est que quiétude et ennui se rejoignent. Et que l’ennui peut faire naître de mauvaises pensées qui, à leur tour, peuvent amener à de mauvaises actions."

solitude

"On dit que la solitude est sombre, et même noire. Aucunement ! La solitude n’a pas de couleur. Elle n’a pas de forme, elle est silencieuse… Elle n’est que néant. Elle est indescriptible. On ne peut que la subir."

 

lumière, état d'esprit

" L'inspecteur-chef appuya sur l'interrupteur et les néons se mirent à gresiller et à clignoter avant d'inonder la pièce d'une éclatante lumière bleutée. C'est l'éclairage le plus judicieux qui soit, au sens où la salle d'interrogatoire reflétait l'état d'esprit de l'inspecteur- chef : rien ne serait laissé dans l'ombre."

 

 

 

Posté par patlas à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

21 février 2021

C'est Mozart qu'on assassine

 

 

téléchargement

déprime, séparation, divorce

" Cependant, comme l'automne, par les déchirures de sa cape, laisse deviner la nudité de l'hiver, Agnès pressentait déjà que cette amertume rancunière allait faire place à la douleur, cette agitation à la solitude, et la blessure de son amour-propre à celle inguérissable de l'amour délaissé. La mer se retirait et, de tant d'écume battue, il ne resterait qu'un port à sec."

" Divorce, reprit Irène, on n'emploie ce terme que pour les mésententes conjugales mais il a une autre envergure, crois-moi. A mes yeux c'est la définition, le symbole même de la condition humaine. Divorce entre les races, les nations, les classes sociales, les générations...."

" Ce sont les plus naïf qui divorcent : ils croient qu'ils réussiront mieux la prochaine fois."

justice

" - En plaidant pour toi, ce n'est pas seulement une amie d'enfance que je défends mais, à ma manière, toutes les femmes contre tous les hommes. Elle s'était levée, elle arpentait son bureau avec des gestes qui semblaient la doter des fameuses manches noires, traditionnellement trop longues et trop larges. Au moment même où elle aurait dû lui être le plus suspecte, elle en imposa à Agnès qui ne parvint à dire que :  - Quelle affreuse vision du monde ! - Un champ de bataille, Agnès, où ce sont toujours les mêmes qui se portent volontaires et qui sont les vaincues. "Elle plaide, pensa Agnès, mais seulement pour elle." Il lui vint à l'esprit que les juges, procureurs, avocats n'accusaient, ne défendaient, ne condamnaient que leurs propres démons; ce pompeux simulacre n'était qu'un exorcisme."

" Tout cela n'est-il pas absurde ? se demandait Me Terrasson : absurdes et détestables, ce dédale de pierre hanté de comédiens en robes rouges ou noires, ces caves bourrées d'acusations et de dénonciations ? ce tous-contre-un perpétuel, ces faux soldats protégeant des hommes libres contre des hommes enchaînés ? La violence, la passion, la malice et la méchanceté du monde viennent s'échouer dans cette gare immense, dans ces salles d'école jamais aérées, devant trois maîtres pensifs, un gratte-papier, deux tragédiens bavards, un public méprisable...C'était la justice elle même que Me Terasson mettait si imprudemment en accusation."

enfant

" Il savait que la présence des grandes personnes clôt de remparts le génie des enfants."

 désenchantement, guerre

" le désenchantement demeure le salaire des anciens combattants"

" Il ne s'était ni lavé ni déshabillé et cela se sentait. N'étaient-ils pas ses seuls vrais compagnons, ces habits que deux nuits hasardeuses avaient tout ridés ? Il avait fait alliance avec eux, avec ses chaussettes salpêtrées et même sa petite culotte souillée : ainsi équipé, il se croyait en sûreté;  c'est la naïveté des soldats."

nuit

" il respira cette odeur de terre ouverte, de pluie et d'abandon qui est l'haleine de la nuit"

 

 

 

 

 

Posté par patlas à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,